Dieu existe
Document sans titre

La science témoigne de Dieu

Les mathématiques témoignent de Dieu


"Dieu existe" est une vérité mathématique


L'affirmation: « Dieu existe et Il a créé toute chose » est mathématiquement aussi exacte que de dire que 1+1=2, à travers les innombrables preuves entre nos mains, notamment celles que nous procurent les dernières avancées scientifiques, il a été prouvé que L'existence du créateur, son omniscience et son omnipotence sont des faits que nul être sensé ne saurait dénier .
Étonnamment, nous croisons fréquemment des gens qui nient cette réalité, se réfugiant dans des notions irrationnelles concernant leur propre existence, leur attitude est due à

En arborant l'orgueil, on s'Ă©carte du sentier de Dieu, finissant dans le malheur et dans le chagrin
des raisons psychologiques plutĂ´t que scientifiques , Ă  ce titre ,  le philosophe athĂ©e allemand Dieter Heinrich Kerler (1882-1921) , affirme avec un orgueil manifeste: « MĂŞme si l'on prouvait mathĂ©matiquement que Dieu existe je n'en veux pas parce qu'il me limitera la grandeur ».
Renier la vérité perçue par l'âme est synonyme d'arrogance. En arborant l'orgueil, on s'écarte du sentier de Dieu, finissant dans le malheur et dans le chagrin, dans ce monde comme dans l'autre, voila pourquoi l'orgueil est l'un des plus grands ennemis de l'homme , Dieu dit à ce propos :
« J'écarterai de Mes signes ceux qui, sans raison, s'enflent d'orgueil sur terre. Même s'ils voyaient tous les miracles, ils n'y croiraient pas. Et s'ils voient le bon sentier, ils ne le prennent pas comme sentier. Mais s'ils voient le sentier de l'erreur, ils le prennent comme sentier. C'est qu'en vérité ils traitent de mensonges Nos preuves et ils ne leur accordaient aucune attention. » Coran 07.146

Retournons Ă  notre sujet principal : l'existence d'un crĂ©ateur est une Ă©vidence mathĂ©matique ! Pourquoi ? Parce que la probabilitĂ© que notre Univers complexe soit fruit du hasard est Ă©gal Ă  zĂ©ro !  Mais qu'est ce qu'une probabilitĂ© ?
Une probabilité exprime la certitude qu'on peut avoir sur un événement précis , une probabilité 0 exprime un événement impossible à réaliser et une probabilité 1 : un événement certain .
Une probabilitĂ© 1 sur 103 signifie qu'il y  a une chance sur 1000 que l'Ă©vĂ©nement se rĂ©alise.
Une probabilitĂ© 1 sur 109 signifie qu'il y  a une chance sur un milliard que l'Ă©vĂ©nement se rĂ©alise.
Une probabilité 1 sur 1050 signifie qu'il y a une chance sur cent mille milliard de milliard de milliard de milliard de milliard que l'événement se réalise, Cette probabilité est considérée en mathématique comme égale à 0 et exprime ainsi un événement mathématiquement impossible .

Le but de cet article n'est pas de traiter des impasses invalidant dès le début l'idée de la non création ( les lois fondamentales de la physique, l'existence à partir du néant , la vie qui apparaît de l'inanimé ...) , l'objectif est d'exposer un ensemble de calculs mathématiques découlant des dernières avancées scientifique, les quelques chiffres qu'on va citer suffisent largement pour enterrer toute la philosophie athée et les théories matérialistes.

Le Big Bang  : une probabilitĂ© inconcevable


Le Big Bang n'était pas une explosion ordinaire comme on pourrait se l'imaginer , ce fut une explosion d'une extrême délicatesse, la température à chaque moment de l'explosion, le nombre de particules atomiques, les forces impliquées, ainsi que leur intensité, doivent avoir des valeurs extrêmement précises. Si ne serait-ce qu'une seule de ces valeurs n'était pas précisée, l'univers dans lequel nous vivons aujourd'hui ne se serait pas formé.
Roger Penrose
Roger Penrose a calculé la probabilité que notre environnement existe parmi tous les résultats possibles du Big Bang.
Roger Penrose, un cĂ©lèbre mathĂ©maticien britannique a calculĂ© la probabilitĂ© que notre environnement existe parmi tous les rĂ©sultats possibles du Big Bang, En incluant ce qu'il considère comme Ă©tant toutes les variables nĂ©cessaires pour que les ĂŞtres vivants  puissent exister et vivre sur une planète telle que la nĂ´tre.
D'après Penrose, la probabilitĂ© qu'une telle affirmation soit vraie es de l'ordre de 1 sur 1010(123) , ce nombre est tellement infime qu' il est mĂŞme difficile de concevoir ce qu'il signifie.

En mathĂ©matique, la valeur 10(123)revient Ă  dire 1 suivi de 123 zĂ©ros. D'ailleurs, ce nombre Ă  lui tout seul correspond Ă  davantage d'atomes qu'on imaginerait pouvoir exister dans l'univers tout entier (qui est de 1078). Mais la rĂ©ponse de Penrose dĂ©finit un champ encore plus large : 1 suivi de 10(123)de zĂ©ros, en d'autres termes il n'est mĂŞme pas possible d'Ă©crire ce nombre : MĂŞme si on est ramenĂ©s Ă  Ă©crire un zĂ©ro sur tout les atomes de l'univers .
Roger Penrose fit un commentaire en ce qui concerne ce nombre :
« Ce nombre nous permet de prendre conscience de la finesse de la création (et du Créateur) qui a été conçue avec une précision de l'ordre de 10(123) . C'est un chiffre extraordinaire. Il est d'ailleurs impossible d'écrire ce nombre en entier sous forme de notation ordinaire : Il serait constitué du nombre 1 suivi de 10(123) zéros. Ainsi, même si nous étions amenés à écrire un 0 sur chaque proton et neutron qui se trouvent dans tout l'univers et ceci en y ajoutant toutes les autres particules, nous serions à court pour écrire le nombre exigé. »Roger Penrose, The Emperor's New Mind,1989 ; Michael Denton, Nature's Destiny, New York : The Free Press, 1998, p. 9

Cytochrome-C  : probabilitĂ© 0


Quelques lignes Ă©crites par l'un des biologistes Ă©volutionnistes turcs les plus cĂ©lèbres (Ali Demirsoy ) sont un exemple pertinent qui nous  permet de constater le jugement dĂ©sordonnĂ© et la retenue que le dĂ©vouement aveugle au dogme athĂ©e entraĂ®ne. Ce scientifique Ă©voque la probabilitĂ© de la formation alĂ©atoire du cytochrome-C, l'une des enzymes vitales rendant possible la respiration d'oxygène  . Ci-dessous ses propos:
"La probabilitĂ© de la formation d'une sĂ©quence de cytochrome-C Ă©quivaut Ă  zĂ©ro. Car, si la vie nĂ©cessite une certaine sĂ©quence, l'on peut dire que celle-ci a une probabilitĂ© rĂ©alisable une fois dans l'Univers entier. Sinon, certaines forces mĂ©taphysiques au-delĂ  de notre dĂ©finition ont dĂ» intervenir dans sa formation. Accepter cette dernière hypothèse ne convient pas au but que la science s'est assignĂ©. Par consĂ©quent, nous devons explorer la première hypothèse." Ali Demirsoy, Kalitim ve Evrim (HĂ©rĂ©ditĂ©  etEvolution), Ankara : Meteksan Yayinlari 1984, p.61
cytochrome c
La probabilité de la formation d'une séquence de cytochrome-C équivaut à zéro

Demirsoy trouve qu'il est "plus scientifique" d'accepter une possibilitĂ© dont le taux de probabilitĂ© "est Ă©gal Ă  zĂ©ro" que d'envisager la crĂ©ation. Toutefois, et conformĂ©ment aux règles de la science, s'il existe deux alternatives d'explication Ă  propos d'un Ă©vĂ©nement et si la probabilitĂ© que l'une d'elles se rĂ©alise est Ă©gale Ă  zĂ©ro, c'est  l'autre alternative qui est la bonne .
L'approche matérialiste dogmatique proscrit l'idée qu'un Créateur supérieur existe. Cette proscription pousse ce scientifique -ainsi que plusieurs autres qui croient au même dogme matérialiste- à accepter des idées contraires à la raison. Ceux qui croient et font confiance à ces scientifiques sont à leur tour captivés et aveuglés par ce champ matérialiste et finissent par adopter cette même psychologie insensible lorsqu'ils lisent leurs livres et articles.

Protéines


Les protĂ©ines constituent les briques de base de toutes les cellules vivantes et elles assument un grand nombre de fonctions dans celles-ci. Les protĂ©ines sont constituĂ©es  de molĂ©cules d'acides aminĂ©s arrangĂ©es selon une sĂ©quence particulière. Cette sĂ©quence est tellement prĂ©cise que si un seul acide aminĂ© manque ou n'est pas Ă  la bonne place, alors la protĂ©ine entière ne servira Ă  rien. Par consĂ©quent, chaque acide aminĂ© doit ĂŞtre exactement Ă  la bonne place, dans la sĂ©quence correcte.
Or, il n'y aucune possibilité qu'une telle séquence survienne par hasard. Par exemple, la

10300 =

100,000,000,000,000,000,

000,000,000,000,000,000,

000,000,000,000,000,000,

000,000,000,000,000,000,

000,000,000,000,000,000,

000,000,000,00.

probabilité qu'apparaisse une protéine de 288 acides aminés de 12 types différents, ayant la bonne séquence, n'est que de 1 sur 10300 - en d'autres mots, pratiquement nulle .

En outre, une molécule de protéine de 288 acides aminés est plutôt petite en comparaison avec des molécules géantes composées elles de milliers d'acides aminés. Lorsque l'on applique les mêmes calculs de probabilité à ces immenses molécules de protéines, nous remarquons que même le vocable "impossible" n'est pas adapté.

De plus , une protéine à elle seule ne veut rien dire , pour former une seule cellule rouge parmi les milliards des cellules rouges présente dans notre corps: il faut 280.000.000 molécule d'hémoglobine qui est une protéine vitale contenant 574 acides aminés .

L'ADN


L'information génétique déterminant le plan structurel d'une personne, depuis son apparence externe jusqu'à ses organes internes, est enregistré avec un système d'encodage spécial dans l'ADN. Pour écrire cette information génétique sur papier, il faudrait une librairie gigantesque comprenant environ 900 volumes de 500 pages chacun. Mais cette quantité incroyable d'information a été encodée dans notre ADN. Affirmer que l'information de la "librairie" de l'ADN humain soit apparue par hasard est aussi irrationnel que de croire que les cailloux jetés sur une plage par les vagues pourraient écrire l'histoire entière de l'humanité.
ADN
Toutes nos informations génétiques sont stockées dans ces molécules .

Il y a 30 ans, le professeur Frank Salisbury, de l’UniversitĂ© de l’Utah (États-Unis), a calculĂ© la probabilitĂ© de formation spontanĂ©e d’une molĂ©cule d’ADN simple, essentielle Ă  l’apparition de la vie. Les calculs ont abouti Ă  une probabilitĂ© si infime qu’elle est considĂ©rĂ©e comme mathĂ©matiquement impossible : la formation de cette molĂ©cule par rĂ©actions chimiques naturelles aurait pu se produire sur 100 000 000 000 000 000 000 (1020) planètes “ hospitalières ” au cours d’une pĂ©riode de quatre milliards d’annĂ©es. Quelles sont les chances qu’une seule molĂ©cule d’ADN se soit formĂ©e dans ces conditions ? Selon ses calculs, une sur 10415.

L'ADN humain contient quelques 30.000 gènes, et il est impossible qu'un seul d'entre eux ait pu apparaître par hasard. Le biologiste évolutionniste Frank Salisbury admet :

"Une protéine moyenne peut comporter environ 300 acides aminés. Le gène de l'ADN contrôlant cela aura environ 1.000 nucléotides dans sa chaîne. Puisqu'il y a quatre types de nucléotides dans une chaîne d'ADN, une chaîne constituée de 1.000 liens peut exister sous 41000 formes. En utilisant un peu d'algèbre (les logarithmes), on peut voir que 41000 = 10600. 10 multiplié par lui-même 600 fois donne le chiffre 1 suivi de 600 zéros ! Ce nombre est complètement au-delà de notre compréhension." (Frank B. Salisbury, "Doubts about the Modern Synthetic Theory of Evolution", American Biology Teacher, septembre 1971, p. 336)

Une bactérie ...


Robert Shapiro, un professeur de chimie à l'Université de New York et expert en matière d'ADN, a calculé la probabilité de la formation accidentelle de 2.000 sortes de protéines trouvées dans une seule bactérie. (Il existe 200.000 différentes sortes de protéines dans une cellule humaine.)
Le nombre trouvé était supérieur à 10 40.000 ,C'est un nombre incroyable obtenu en mettant 40.000 zéros à côté du 1.

Un professeur de mathématiques appliquées et d'astronomie de University College (Cardiff, Pays de Galles), Chandra Wickramasinghe affirme:

" La probabilité que la vie ait pu se former à partir de matière inanimée correspond à un chiffre avec 40.000 zéros après le 1 Un chiffre assez grand pour enterrer Darwin et la totalité de la théorie de l'évolution. Il n'y a jamais eu de soupe primitive, ni sur cette planète ni sur une quelconque autre. Et si les débuts de la vie n'étaient pas dus au hasard, ils sont donc certainement le produit voulu d'une intelligence ."

Sir Fred Hoyle commente ces chiffres invraisemblables:

"En effet, une telle théorie (que la vie a été créée par une intelligence) est tellement évidente que l'on se demande pourquoi elle n'est pas communément acceptée. Les raisons sont psychologiques plutôt que scientifiques."Fred Hoyle, Chandra Wickramasinghe, Evolution from Space, New York, Simon & Schuster, 1984, p. 14

Une cellulle


Le bio physiciste Harold Morowitz de l’universitĂ© de Yale fit le calcul des probabilitĂ©s qu’une cellule vivante la plus simple vient Ă  l’existence est de 1/10340,000,000 , ce nombre est complètement inconcevable et suffit pour enterrer entièrement toutes les thĂ©ories des incultes et matĂ©rialistes .   H.P. Yockey, "A Calculation of the Probability of Spontaneous Biogenesis by Information Theory," J. Theoretical Biology, (1977), 67, pp.337-398 et H.J. Morowitz, Energy Flow in Biology (Academic Press, New York, 1968), p. 99. (BorĂ©l, Emile, Probabilities and Life (New York: Dover, 1962).

A vous de calculer


Tous les exemples cités plus haut sont des exemples très basiques malgré les chiffres inconcevables qu'ils nous procurent , si on souhaite avancer dans ce raisonnement , il va falloir se poser la même question sur toutes les composantes existant dans notre univers , par exemple on pourrait se poser des questions comme :
- Quelle est la probabilitĂ© de l'apparition de l'œil, encore plus sophistiquĂ© que tout appareil inventĂ© par l'homme.
- Quelle est la probabilité de l'apparition de l'oreille ?
- Quelle est la probabilité de la formation d'une seule molécule rouge du sang humain ?
- Quelle est la probabilité de l'existence hasardeuse de la femme ?
- Quelle est la probabilité qu'il existe hasardeusement un mécanisme d'attraction (amour) entre l'homme et la femme , et quelle est la probabilité que ce mécanisme soit accompagné de l'existence d'appareils génitaux au fonctionnement extrêmement complexe permettant de mettre au monde des bébés.
chateau de sable
Quelle est la probabilité de l'apparition hasardeuse du premier tigre ? du premier éléphant ? du premier pinguin , du premier phaon ?... quelle est la probabilité que chacun de ces êtres aie acquis hasardeusement des capacités différentes tout comme une morphologie spécifique lui permettant de vivre ?
- Quelle est la probabilité que la première protéine ( si on suppose même son existence hasardeuse) aie résisté à toutes les effets naturels en attendant la formations hasardeuse d'une autre protéine , et ainsi de suite jusqu'à la formation hasardeuse d'une cellule ? et quelle est la probabilité de la formation hasardeuse de cette cellule ?
- Quelle est la probabilité de l'apparition des couleurs ? Quel est la probabilité de l'apparition du gout ?
...
Ce genre de questions pourront s'enchainer jusqu'Ă  l'infini , car devant chaque crĂ©ature , devant chaque nouvelle dĂ©couverte de la science naturelle : la sagesse du crĂ©ateur Ă©clate et la magnitude de ses exploits apparait mĂŞme au plus incultes d'entre nous , c'est ainsi que l'athĂ©isme est dĂ©masquĂ© , l'athĂ©isme ne peut plus se proclamer de la raison ni de la science  car il est rĂ©fractaire Ă  la raison et Ă  la science .

Important


Il est clair que les calculs de probabilitĂ© citĂ©s dans cet article atteignent des limites astronomiques et qu'ils sont  donc pratiquement impossibles. Cependant, il existe un aspect beaucoup plus important : C'est que dans des conditions naturelles, ces probabilitĂ©s ne peuvent mĂŞme pas commencer la moindre pĂ©riode d'essai. Car, il n'existe pas dans la nature de mĂ©canisme d'essai et d'erreur qui tente de produire des protĂ©ines ou des ĂŞtres vivants .
Les calculs que nous avons indiqués ne sont valides que pour un environnement idéal "d'essai et d'erreur" qui n'existe pas dans la réalité. La probabilité d'obtenir une protéine d'hémoglobine est de est de "1" sur 101024 seulement si l'on suppose qu'il existe un mécanisme imaginaire dans lequel une main invisible rassemble 574 acides aminés de manière aléatoire. Ensuite, remarquant que ça ne marche pas, cette main les sépare et les arrange dans un ordre différent pour la deuxième fois et ainsi de suite. Dans chaque test, les acides aminés doivent être séparés un par un et arrangés dans un autre ordre. La synthèse doit être arrêtée après que le 574ème acide aminé aura été ajouté, tout en veillant à ce que pas le moindre acide supplémentaire ne soit ajouté. L'essai doit donc être arrêté pour vérifier si la protéine a été formée ou pas encore. Si l'essai se solde par un échec, tout doit être dissous pour tester une nouvelle séquence. De plus, aucun essai ne doit inclure un seul élément étranger. Il est également impératif que la chaîne formée durant l'essai ne soit pas détachée et détruite avant qu'elle n'atteigne la 573ème liaison. Ces conditions signifient que les probabilités mentionnées ci-dessus ne peuvent réellement exister que dans un environnement contrôlé où existe un mécanisme conscient qui dirige le début, la fin et chaque étape du processus et où seul "la sélection des acides aminés" est laissée au hasard. Nul doute qu'il est impossible pour un tel environnement d'exister dans des conditions naturelles. Par conséquent, la formation d'une forme de vie basique comme la protéine dans l'environnement naturelle est logiquement et techniquement impossible, sans même parler de "possibilité". En fait, évoquer les probabilités de tels événements ne relève même pas de la science.

Quand on choisit la mécréance au lieu de la logique:



Comment est-il possible que des personnes capables d'évaluer rationnellement des choses ordinaires de la vie adoptent une telle attitude irrationnelle lorsqu'il s'agit de réflexions sur leur propre existence?

Si un athée devait trouver trois briques les unes au-dessus des autres, alors qu'il marchait sur un terrain plat, il ne penserait jamais que ces briques se sont retrouvées ensemble par hasard et se sont mises les unes sur les autres, encore par hasard. En effet, une quelconque personne qui affirmerait une telle chose serait considérée
chateau de sable
En voyant ce château de sable , un athĂ©e pensera immĂ©diatement qu'il s'agit d'une œuvre d'art , cependant il maintient une attitude complètement opposĂ©e devant l'Ă©vidence de la crĂ©ation , pourtant plus Ă©vidente qu'un simple château de sable .
 insensĂ©e.

Les chiffres cités plus haut sont clairs , si on ne considère que la création d'une protéine il est prouvé que la possibilité qu'une seule protéine soit venue sans créateur est de 0( et on ne parle ici ni de l'univers , ni des étoiles ni des milliards d'espèces , mais juste d'une minuscule protéine).

Toutefois, l'athée prétend qu'une protéine est arrivée à l'existence par hasard dans des conditions terrestres primitives quelques milliards d'années auparavant. Il va même plus loin, en prétendant, sans la moindre hésitation, que non seulement une protéine mais des milliards ont été conçues par pur hasard et ont formé par la suite la première cellule vivante. De plus, il défend son opinion avec un entêtement aveugle.

Il est impossible de prétendre que cette attitude est adoptée au nom de la science ou de la logique ,une approche scientifique exige que lorsqu'on a deux alternatives , l'une à 0,000001% et l'autre à 99,999999% on considère la deuxième alternative , mais l'athée rejette une possibilité qui est de 100% pour une autre qui est impossible ...

Conclusion


Par consĂ©quent, la première hypothèse est  "Ă  100%" vraie. La vie existe de manière consciente; elle a Ă©tĂ© "crĂ©Ă©e". Tous les ĂŞtres vivants ont vu le jour grâce Ă  un CrĂ©ateur dotĂ© d'un pouvoir, d'une sagesse
et d'un savoir supérieurs. Cette réalité n'est pas simplement une conviction; elle est la conclusion normale à laquelle mènent la sagesse, la logique et la science.
On conclut avec ce que dit le professeur Camille Flammarion, astronome français (1842-1925) :
« L'athéisme est trop méprisable pour se réclamer de la science ou de la raison ou pour mériter le nom d'une quelconque idéologie ! II est trop insignifiant et trop petit pour avoir droit de cité ! L'athéisme n'est qu'une illusion suggérée à des esprits prédisposés à recevoir les injonctions sournoises des démons ! »