Dieu existe
Document sans titre

La Raison témoigne de dieu

Le prince et la grenouille


Contes de fées



Vous connaissez certainement  l’histoire de la grenouille qui se transforme en prince charment. Une grenouille ne peut devenir un prince que dans un conte de f√©es.  Toutefois, les ath√©es , en niant l'√©vidence  du cr√©ateur, croient √† de telles histoires .
Bien que la plupart d’entre eux soient adultes et peut-√™tre m√™me des savants et des professeurs , ils tutoient les limites de la science et de la raison en croyant en des histoires  forg√©es de toute sorte , par exemple : " A force de p√©cher des poissons dans les rivi√®res , les ours se sont transform√©s en baleines ...En essayant d'attraper l'herbe des sommets des arbres les antilopes se sont transform√©s en girafes... Les petits l√©chaient la sueur de leur maman et voila que la sueur se transforme en lait ..." sans parler des sc√©narios aberrants sur  l'apparition de l'univers et de la vie , le pal√©ontologiste √©volutionniste Dr. Colin Patterson  admet  : "il y a eu une quantit√© abominable d'histoires, certaines plus imaginatives que d'autres, sur la v√©ritable nature de cette histoire [de la vie]".Colin Patterson, Harper's, f√©vrier 1984, p. 60.
Ces affirmations violent toutes les lois connues de la g√©n√©tique, de la biophysique et de la biochimie et ne sont pas plus scientifiques que les contes de f√©es o√Ļ le crapaud se transforme en un beau prince ( L'id√©e soutenue est qu'un pur hasard aurait transform√© des crapauds en mammif√®res, y compris les princes). l'altitude ath√©e ressemble √† celle d'un petit enfant qui vient d’entendre l’histoire de la grenouille qui devient prince, prenait une grenouille, l’embrassait et attendait qu’elle se transforme en prince.

"Il n'y a pas de loi interdisant les rêvasseries, mais la science ne doit pas s'y adonner" Pierre-Paul Grassé


















Celui qui croit à ces histoires n'aura aucune difficulté à croire aux contes qu'on va raconter dans la suite de cet article , ce sont des histoires mythiques qui se rapprochent énormément des aberrations servant de base pour le dogmatisme athée :

Comment est apparue la ville de NEW YORK ?


Au cas ou vous ne le saviez pas , new York n'a jamais √©t√© construite par des hommes , elle n'a jamais √©t√© planifi√©e par des ing√©nieurs en g√©nie civil , toute la ville de NEW YORK avec tout ses b√Ętiments, ses usines, ses casinos, ses cin√©mas, ses voitures sont apparue par un pur "hasard" , voici la vraie histoire de NEW YORK :

Un jour, dans un coin d√©sert du continent am√©ricain, une motte d'argile press√©e entre les rochers dans une terre aride, devient humide apr√®s la pluie. L'argile humide s√®che et durcit lorsque le soleil se l√®ve, et prend une forme rigide, r√©sistante. Puis, ces rochers qui ont √©galement servi de moule, sont d'une mani√®re ou d'une autre bris√©s en morceaux, alors une brique nette, bien form√©e et solide appara√ģt. Cette brique attend dans les m√™mes conditions naturelles durant des ann√©es qu'une brique similaire se forme. Cela continue jusqu'√† ce que des centaines et des milliers de briques identiques se forment au m√™me endroit. Cependant, par hasard, aucune des briques qui se sont auparavant form√©es n'a √©t√© endommag√©e. Bien qu'expos√©es aux temp√™tes, √† la pluie, au vent, au soleil br√Ľlant et au froid glacial durant des milliers d'ann√©es, les briques ne craquent pas, ne se cassent pas ni ne sont arrach√©es, mais elles attendent l√† au m√™me endroit avec la m√™me d√©termination, que d'autres briques se forment. Lorsque le nombre de briques est ad√©quat, elles √©rigent un b√Ętiment en se rangeant sur les c√īt√©s, et en se disposant les unes sur les autres, apr√®s avoir √©t√© au hasard, tra√ģn√©es  par les effets de conditions naturelles comme les vents, les temp√™tes ou les tornades. Entre-temps, des mati√®res comme le ciment ou les m√©langes de terre se forment dans des "conditions naturelles", en choisissant le moment parfait, et se glissent entre les briques pour les fixer les unes aux autres. Pendant que tout cela se produit, le minerai de fer sous le sol
new York
Ainsi est née la ville de New York !
 est form√© dans des "conditions naturelles" et jette les bases d'un b√Ętiment qui doit √™tre form√© avec ces briques. A la fin de ce processus, un b√Ętiment complet s'√©l√®ve avec tous ses mat√©riaux, sa charpenterie et ses installations intacts. Bien entendu, un b√Ętiment ne consiste pas seulement en fondations, briques et ciment. Comment, alors, les autres mat√©riaux manquants, seront-ils obtenus ? La r√©ponse est simple : toutes sortes de mat√©riaux n√©cessaires √† la construction du b√Ętiment existent dans la terre sur laquelle il est √©rig√©. Le silicium pour le verre, le cuivre pour les c√Ębles √©lectriques, le fer pour les colonnes, les poutres, les conduites d'eau, etc. existent tous dans le sous-sol en quantit√©s abondantes. Le fait de former et placer ces mat√©riaux dans le b√Ętiment incombe aux "conditions naturelles". Tous les accessoires, charpenterie et installations ont √©t√© plac√©s parmi les briques √† l'aide du vent soufflant, de la pluie et des s√©ismes. Tout s'est si bien pass√© que les briques ont √©t√© dispos√©es de sorte √† laisser l'espace pour les fen√™tres comme si elles savaient que quelque chose appel√© verre serait form√© plus tard par des conditions naturelles. En outre, il n'a pas √©t√© oubli√© de laisser de l'espace pour permettre l'installation de l'eau, de l'√©lectricit√© et des syst√®mes de chauffage, qui doivent √©galement se former par hasard plus tard. Tout s'est si bien pass√© que les "co√Įncidences" et les "conditions naturelles" ont produit une parfaite conception.
De la m√™me mani√®re les autres b√Ętiments de NEW YORK  ses  usines, autoroutes, trottoirs, infrastructures, r√©seau t√©l√©phonique et internet , syst√®mes de communications et de transports sont apparus....
Si vous ne croyez pas √† cette histoire, c'est votre probl√®me, mais je vous conseille de revoir votre position car je connais des personnes - voyez de qui je parle - disposant d'une arm√©e m√©diatiques, qui peuvent imposer cette histoire comme un fait scientifiquement acceptable, ces personnes disposent m√™me des pouvoirs qui leurs permettront d'enseigner cette th√©orie dans tout les lyc√©es de l'Europe et de l'imposer comme une v√©rit√© scientifique in√©branlable  au point ou tout ceux qui la d√©nieront seront trait√©s d'arri√©r√©s et d'obscurantistes .

La cellule et NEW YORK


l'histoire que vous venez de lire n'est pas moins absurde que les sc√©narios imaginaires de l'apparition de la vie  propos√©s par les mat√©rialistes ,alors qu'en v√©rit√© une simple cellule est beaucoup plus complexe que toute la ville de new York, avec tout ce qu'elle contient , ce fait est confirm√© par  Michael Denton, professeur de biologie dans son ouvrage intitul√© Evolution: A Theory in Crisis (L'√©volution: une th√©orie en crise): "Pour cerner la r√©alit√© de la vie comme elle a √©t√© d√©voil√©e par la biologie mol√©culaire, nous devons agrandir la cellule un milliard de fois jusqu'√† ce que son diam√®tre atteigne vingt kilom√®tres et ressemble √† un √©norme vaisseau spatial dont la taille peut couvrir une ville comme Londres ou New York. Nous verrons ainsi un objet d'une grande complexit√©. Sur la surface de la cellule, il existe des millions d'ouvertures comme celles qu'on trouve sur un grand vaisseau spatial. Elles s'ouvrent et se referment pour permettre un flot r√©gulier de mat√©riaux. Si on rentre dans ces ouvertures, nous verrons un monde d'une technologie supr√™me et d'une complexit√© qui laisse perplexe…
Cette  minuscule cellule vivante est plus complexe que l'enti√®re ville de New York
cellulle vivante
Comment peut-on croire que des processus aléatoires aient pu construire une réalité dont les plus petits éléments Рune protéine ou un gène Рsont d'une complexité bien au-delà de la portée de nos capacités créatrices ? Cette réalité est l'antithèse même du hasard, elle dépasse de loin tout ce que l'intelligence humaine a produit"
Michael Denton, Evolution, une théorie en crise, Flammarion 1992, pp. 338, 352-353









Conte 2 : Qui a écrit l'ENCYCLOPEDIA BRITANICA


Vous connaissez probablement l'ENCYCLOPEDIA BRITANICA , connue pour √™tre la plus grande encyclop√©die au monde , elle contient 25.000 pages et contient des millions d'informations , vous avez certainement entendu dire qu'elle a √©t√© √©crite par  une centaine d'√©diteurs et contient la contribution de milliers d'auteurs, mais ceci n'st pas vrai , l'encyclop√©dia britannica doit son existence au pur hasard , voici la vraie histoire de l'Encyclop√©die britannica:
Il y a des millions d'ann√©es dans une foret au sud de l'Angleterre, Dans des conditions primitives, des temp√™tes de pluie et d'orage se succ√©daient , le r√©sultat √©tait impressionnant , des millions d'ann√©es le vent et la pluie ont rassembl√© diff√©rents √©l√©ments et ont -par pure co√Įncidence - form√© ce que les √™tres humains appelle : une machine √† √©crire .
Bien sur, une machine √† √©crire n'est pas suffisante, alors le vent et les orages ont par une √©tonnante co√Įncidence coup√© les arbres qui entourent la machine √† √©crire et pendant des millions d'ann√©es et gr√Ęce √† des effets naturels se form√®rent √† partir du bois quelque chose qui ressemble √† ce que les √™tres humains appellent : papier chinois , au total 25.000 pages en papier ont √©t√© form√©es .
Bien sur, et contrairement à ce que stipulent les lois de la physique, la machine à écrire et les 25.000 papiers ne se sont pas désintégrés , au contraire , elles restaient intactes dans cette foret qui sera baptisée plus tard : la foret de Sherwood.
encyclopedia britannica
Encyclopédia Britanica contient plus de 25 mille Pages .

Vers l'an 1025, à peu prés au même moment ou robin des bois faisait ses exploits dans cette foret, un petit singe orphelin retrouva cette machine à écrire ainsi que les 25.000 papiers , ce fut un comble pour lui qui a perdu ses parents de trouver un "jouet" de quoi passer du bon temps .
Sans entrainement pr√©alable,  le singe mis le premier papier dans la machine √† √©crire, il commen√ßa √† taper n'importe comment, et par un simple hasard ce qu'il avait tap√© √©tait une page en langue anglaise , claire et sans fautes de frappe, ni erreurs d'orthographes, le singe prit alors la deuxi√®me feuille et encore une fois par un pur hasard, c'est un article scientifique sur l'ampoule √©lectrique qui ressort.
De même le petit singe continua à écrire, page après page, le simple hasard fit qu'il écrit sans aucune erreur , ni faute une énorme encyclopédie rassemblant des millions d'informations que le petit singe n'avait jamais apprise à l'école, un magnifique hasard a mis entre les mains de l'humanité ce qui sera baptisé plus tard ENCYCLOPEDIA BRITANNICA .
Robin des bois qui ne faisait que passer remarqua les 25000 pages , les rassembla et les donna à un pauvre qui les vendit à son tour à un marchand , l'encyclopédie resta dans la maison du marchand plusieurs siècles jusqu'à sa découverte , ainsi le monde a vu naitre l'ENCYCLOPEDIA BRITANNICA.

L'ENCYCLOPEDIA BRITANNICA et la molécule d'ADN


En lisant l'histoire sur l'apparition de l'encyclopédie britannica vous avez surement douté de l'intégrité mentale de celui qui l'a rédigée, cependant, beaucoup de gens croient à des histoires pareilles lorsqu'il s'agit de leur propre existence , en affirmant par exemple que la molécule d'ADN est apparue par hasard , ils ne font que reprendre l'histoire du petit singe et de l'encyclopédie britannica .
la mol√©cule d'ADN est une mol√©cule se trouvant dans le noyau de la cellule ,ce dernier est beaucoup plus petit que la cellule microscopique qui l’abrite. Toutes les caract√©ristiques de l'Etre humain est emmagasin√©e dans cette minuscule mol√©cule , ainsi l'ADN contient suffisamment d'informations pour emplir un million de page , ce qui signifie qu'une seule mol√©cule d'ADN contient 40 fois plus d'informations que l'ENCYCLOPEDIA BRITANNICA ,cette d√©couverte a compl√®tement bafou√© la communaut√© ath√©e , au point ou certains de ses √©minents penseurs se sont d√©clar√©s croyants en fin de compte , dans un article apparu en 2004 dans The Sunday Times intitul√© : " d√©sol√©, apr√®s tout je crois en dieu , affirme
ADN
La molécule d'ADN
 l'ath√©e-en-chef" , Antony Flew,  qui fut l'un des plus c√©l√®bres philosophes ath√©es  du 20√®me si√®cle affirme ne plus se reconnaitre dans l'ath√©isme et explique que parmi les raisons de sa "conversion" figurait la mol√©cule d'ADN, il affirme :
"Les recherches des biologistes sur l’ADN ont montr√©, par la complexit√© presque inconcevable des arrangements n√©cessaires pour produire [la vie], qu’une intelligence devait n√©cessairement √™tre impliqu√©e."

La maquette de newton


NEWTON avait commandé à un mécanicien habile et de talent de fabriquer une maquette du
newton isaac
Isaac Newton
système solaire.
Les plan√®tes en √©taient repr√©sent√©es par des boules qui se mouvaient toutes en m√™me temps gr√Ęce √† une courroie autour d'un noyau repr√©sentant le soleil.
Un jour donc Newton reçut la visite d'un ami professant des idées matérialistes. Dès que celui-ci entra, son regard fut attiré par la maquette qui l'éblouissait par la perfection qui s'en dégageait.
Quand il en déclencha le mouvement, il vit les petites planètes entamer leur mouvement autour du soleil. Il ne put contenir son admiration : "Quel travail parfait, qui l'a fabriqué ?"
Newton répondit : "Personne ! Il est venu par hasard.
Le savant matérialiste dit : "Monsieur Newton, je crois que je ne me suis pas fait comprendre. Je vous ai demandé quel mécanicien est l'auteur de cette maquette et qui en a fourni les plans ?"
Newton répondit :
"J'ai parfaitement entendu votre question, et c'est en réponse que j'ai dit que personne n'en était l'auteur et que cette maquette s'est trouvée ici d'elle-même.
Ses atomes et ses molécules se sont rassemblés ici, et ont pris par hasard la forme qui est en ce moment devant vous."

L'autre avala sa salive et dit : "Monsieur Newton, vous vous imaginez peut-√™tre que je suis assez sot pour que j'attribue au hasard la fabrication d'une oeuvre qui ne peut √™tre con√ßue que par un ma√ģtre ?"
Newton s'approcha alors de son ami, le pris par son épaule et lui dit :
"Cher ami, ce que vous voyez et dont vous cherchez √† conna√ģtre le fabriquant n'est rien d'autre qu'une maquette.
Une maquette qui est l'imitation d'un système réel énorme le système solaire.
Cependant, vous n'√™tes pas pr√™t √† admettre que cette maquette ne doit son existence qu’√† elle-m√™me, qu'elle ne la doit pas √† un artisan habile, savant, et qui est conscient de ses gestes.
Pourquoi alors persistez vous à croire que le système solaire, avec toute sa complexité, son énormité et son étendue n'a pas de Créateur Puissant et Savant ?"

Le matérialiste demeura confus et silencieux."

Conclusion


L'astronome français Camille Flammarion (1842-1925) avait dit :
Si un jour, on nous demandait: ¬ę quel est l'homme qui se ment le plus √† lui-m√™me'? ¬Ľ Nous dirions, sans aucune h√©sitation : ¬ęC'est l'ath√©e !¬Ľ .
Au fond d'eux les ath√©es sont persuad√©s de l'√©vidence de l'existence divine , ils ne font que se cacher la v√©rit√© √† eux m√™me , Le Coran souligne la situation de ces gens qui nient la v√©rit√© en raison de leur vanit√© bien que leur √Ęme la confirme ::
"Ils les ni√®rent injustement et orgueilleusement, tandis qu'en eux-m√™mes ils y croyaient avec certitude. Regarde donc ce qu'il est advenu des corrupteurs "Coran 27 Sourate Les  Fourmis verset 14